250 euros bruts, c’est ce qui a été versé ce 26 septembre aux salariés de Météo-France, tous les salariés y compris ceux sous contrat, dès lors qu’ils étaient à temps complet en 2016 (100 € bruts) et 2017 (150 € bruts), soit aux environs de 200 € net selon les taux prélèvements de chacun. L’administration nous fait ainsi l’aumône de quelques euros par mois en guise de prime d’intéressement. Et vous savez quoi, ah ah ah, les sénateurs ont choisi l’exemple de Météo-France pour railler la faiblesse de cette prime lorsqu’ils étudiaient la loi de transformation de la fonction publique (LTFP) cet été. Leur rapport précise : « La prime d'intéressement collectif, c'est-à-dire selon les résultats du service dans son ensemble [...]  reste symbolique».

Les plus avertis se souviennent de la fourberie qui avait conduit à un "manque à gagner" de 25 € par agent pour la prime sur les résultats 2015 (cf. notre article de janv. 2016).

La prime d’intéressement est un pis-aller, celle portant sur l’année 2018 (150 €) sera versée en 2020.


Ce que la CFDT-Météo revendique, ce sont de vrais efforts de l’administration pour que cesse le grignotage du pouvoir d’achat des personnels
techniques notamment. La direction de Météo-France devrait se sentir honteuse des années sans revalorisation de primes ; nous y reviendrons.

Météo-France a beaucoup donné. Des agents trinquent, parfois perdent la raison, il y a de mauvais signes comme l’explosion des congés maladie. L’argent ne fait pas tout mais il permet de passer un peu de baume au coeur.

Nous comptons sur la nouvelle présidente-directrice générale pour entendre notre message, pour que Météo-France ne se réduise pas à peau de chagrin, pour que le travail y garde tout son sens, et pour que les agents s’y épanouissent en se sentant pleinement respectés.

A l’occasion des opérations de restructuration, et notamment avec la création du poste MétéoConseil, faisant le constat que le travail de nuit et de WE n’est pas très bien compensé à Météo-France, la direction s’était engagée à travailler sur des revalorisations de primes.
Les échanges ont lieu à l’occasion des discussions du Groupe de Travail « temps de travail » (GT), le lien avec les nuits et les astreintes étant évidents. A cette réunion du 28 juin, la CFDT-Météo s’est retrouvée unique organisation syndicale face à la direction.
Cette réunion a porté sur les primes qui concernent directement les agents en service posté.
Ici notre compte-rendu.

La CFDT-Météo vous propose une note explicative destinée à interpréter le calcul des bilans et bonifications pour les agents en service posté. Elle peut vous être utile pour comprendre car ces calculs sont très alambiqués !
Des modifications pourraient être apportées dans les mois ou années à venir par la DG dans le cadre de la réforme des temps de travail qu'elle souhaite imposer.

La CFDT-Météo participe activement au groupe de travail sur ce sujet pour défendre les intérêts des agents. Elle demande notamment une meilleure bonification du travail de nuits et WE, des astreintes - si elles sont imposées - rémunérées à leur juste valeur, et de ne pas dégrader les rythmes de travail actuels. Le sujet des astreintes est repoussé à 2019 pour une application possible en 2020.
Jeudi 20 septembre 2018, une réunion entre la DG et les organisations syndicales est prévue dans le cadre de ce GT "réforme des temps de travail".

Le gouvernement avait interrompu le protocole sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations (PPCR) dans la fonction publique pour l'année 2018, arguant du redressement des finances publiques. Le ministre des Comptes Publics Gérald Darmanin avait précisé qu’il n’y en avait pas de remise en cause, et s’était engagé à en honorer l’intégralité à compter de 2019. Ici le calendrier des revalorisations prévues pour les agents de catégories C, B, et A-type.
C'est donc reparti. Dans le cadre de cette reprise de PPCR à compter du 1er janvier 2019, les grilles de salaire voient une augmentation du nombre de points d'indice, liée au transfert Primes / Points, mais pas que… Certains corps (filière sociale) ou catégories bénéficient de revalorisations de leurs grilles.

Les valeurs pour 2019 présentées via ce lien (www.cfdt-ufetam.org/) tiennent comptent de :

  • l'augmentation du taux de cotisation pour la retraite de 10,56 % à 10,83%

  • des mesures PPCR :

    • la seconde partie du transfert "primes/points" prévu pour la catégorie A : 5 points, le plafond annuel de l’abattement étant porté à 389 euros ;

    • la revalorisation de certaines grilles pour les agents de catégorie C, B et A.

    • le reclassement des personnels sociaux, notamment les ASS & CTSS, de catégorie B et A, dans des nouveaux corps de catégorie A à compter du 1er février .

La grille des ITM est celle des « TPE ».
La grille des TSM est celle des « B » ou celle des « TSDD » (Techniciens Supérieurs du Développement Durable).

Pour mémoire : Le "à payer" correspond à un salaire, basé sur des indices, prenant en compte la retenue Pension (10,83%) ainsi que les CSG (9,2%) & CRDS (0,5%) appliqués sur 98,25% du salaire brut. Ne sont pas prises en compte les primes (ITS, RIFSEEP, NBI, etc...), ni la RAFP, ni l'Indemnité de Résidence (1% et 3%), ni l'indemnité compensatrice de la hausse de la CSG.
Par ailleurs, depuis le 01/01/2019, le prélèvement de l'impôt à la source (PAS) est effectif sur vos bulletins de paie, mais ne peut évidemment pas être intégré dans le "à payer" des grilles présentées.
Le lien vers les valeurs 2019 : https://www.cfdt-ufetam.org/grilles-des-salaires-au-1er-janvier-2019/

Et comme tout cela est fort insuffisant, huit organisations syndicales sur neuf ont appelé à signer une pétition sur l'amélioration des salaires. Il serait bon de parvenir à plus centaines de milliers de signatures (on a à peine dépassé les 50 000 au 1/2/2019) : https://secure.avaaz.org/fr/community_petitions/Edouard_Philippe_Premier_ministre_Ameliorer_nos_salaires_je_signe/dashboard/.

 

Avec la prime RIFSEEP, pour connaître leur niveau de prime annuel, les météos (dont les TSM et ITM) ne pourront plus se référer à un montant inscrit dans un arrêté. Leur propre niveau sera individualisé. Cet affranchissement d'un montant de référence rend le système plus flou ; seuls les grands principes sont saisissables. La note de gestion de la direction (pour les niveaux de prime TSM - ITM) va être étudiée une ultime fois vendredi 6 avril au matin, en CT-EP.
Dernier point sur cette prime avant validation : consultez notre article ici en PJ.

Pour ceux qui ont des questions : maito:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.